le dernier souffle

Aujourd’hui je souffle les dernières bougies de ma triste vie

20h11, je ne serais bientôt plus là

Alors, je meurs peu à peu, avec paresse

Ma vie partira rejoindre cet endroit que seuls les mortels connaissent

Mon visage ne sera bientôt qu’un lointain souvenir

Et les gens me laisseront alors pourrir

Des larmes hypocrites couleront sur leurs visages heureux

Tandis que vous apprécierez vos jours heureux

21h11, ça y est je cherche la sortie, le sens de ma vie et je meurs

Comme une fleur en hiver, comme une éphémère, je meurs

Demain, les vivants erreront dans ce cimetière qu’est ma nouvelle aire


-Louna Laffont

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

1h avant la fin

14h, Dans une heure je vais mourir, ce n’est pas une décision personnelle, quelque chose que j’ai choisi, ça va juste me tomber dessus. Comment? Je ne sais pas, peut-être une crise cardiaque, Peut-êtr

delirium

Partons du postulat archaïque selon lequel l’impératif catégorique est la condition de possibilité de la liberté de chaque individu en tant que sujet tout à fait singulier Mais quelle liberté pour un