Quand est ce qu’était la dernière fois où vous avez fait quelque chose pour la première fois ?

Je décidais de regarder cette chose comme si c'était la première fois, d’oublier son nom, son utilité et sa fonction. Je décidais de reprendre à zéro cette expérience.

Le souvenir du passage de chose à objet, la prise de conscience de l'objet en lui même était tellement lointaine que son rôle me paraissait comme une évidence. Cette expérience c’était enfouie dans l'accumulation des souvenirs de ma mémoire. Tant d’autres objets avaient été découverts depuis. Dans ma tête, leur ordre d’apparition se retrouvait enseveli par d’autres souvenirs.

Je pris la chose et la posais devant moi. Je devais faire le vide dans ma tête, je devais m'imaginer comment un enfant aurait découvert cette chose. Je commençais par l'observer sans la toucher. Je l’examinais sous tous les angles, sa forme, sa taille, sa couleur,sa matière et comment elle tenait debout.

Je contemplais sa forme fine et cylindrique, c’était une substance magique elle s’étendait vers le haut et propageait de la lumière . Elle représentait la paix et la douceur avec sa couleur blanche mais aussi la force grâce a la flemme et le pouvoir du feu.

En continuant de l’observer je décidais de me focaliser sur la flamme. Plus je plongeais mon regard dans ses profondes couleurs bleu et orange, plus elle prenait de l’ampleur, plus j’avais l'impression que mes pupilles étaient remplacées par la flamme qui déclenchait mon feu intérieure . Elle devenait vivante, elle prenait l’allure d’une danseuse, elle vacillait, se séparait pour se retrouver.

Il y avait quelques chose qui m’attirait, des gouttes tombaient de cette chose et ensuite se solidifiaient. Cette chose se rapetissait mais prenait un peu plus de volume. A force de réduire,un petit puit se creusait sur le haut où un liquide transparent stagnait. Je me penchais pour le voir de plus prêt et j’avais l’impression d’y voir mon reflet.

Je voulus toucher cette matière liquide mais celle ci me brûlât. Elle durcissait et collait à mes doigts, elle formait une couche épaisse. Une fois refroidie cette matière devînt agréable au touché douce et lisse. Elle avait un pouvoir exaltant et douloureux. Ce liquide nappait la chose comme pour essayer de lui donner plus de temps a vivre, il s’amassait sur les côtés ce qui faisait changer la chose de forme. C’était extraordinaire, on aurait dit un spectacle.

A force de la regarder diminuer doucement, je commençais à observer certaines formes que mon imagination extrapola. Certains visages se dessinèrent, des représentations abracadabrantes apparurent, c’était comme être allonger sur le sol à regarder les nuages mais en plus intense. La lumière que provoquait cette chose, illuminait mes pensées. Elle m’avait comme hypnotiser pour me replonger dans ma mémoire; comme si ces formes essayaient de me rappeler certains souvenirs. Elles avaient comme une symbolique, un message à me faire passer que ma conscience n’arrivait pas à élucider. Sa chaleur réchauffait mon esprit mais me donnait en même temps l’envie de dormir pour pouvoir laisser exprimer mes rêves.

J’avais été tentée d'éteindre la flamme mais mon expérience n’aurait pas été terminée, j'étais curieuse de voir comment ça allait finir, qu’elle serait son état final. Cette lumière, cette chaleur me faisaient vrombir la tête. Je n'arrêtais pas de l’observer, à la fin je ne la voyais plus tellement mes pensées se bousculaient. Je pensais à tout et à rien en même temps, l’objet finissait par disparaitre de mon champ de vision.

Je finissais par être fatiguée, les lignes se confondaient, je n'arrivais plus à l’observer tout finissait par être pareil.

Mes paupières étaient lourdes, je tombais dans le piège du sommeil. Quelques heures plus tard, je me réveillais et il n'y avait plus rien, la chose avait disparu, elle s’était comme volatilisée, il n’en restait qu’une petite flaque. C’était une chose magique qui me faisait penser à mes souvenirs. Cette chose était pour moi la métaphore des souvenirs car ils finissent par disparaître au plus profond de notre mémoire en n’y laissant qu’une légère trace.


Neyla Haddou

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

cadenas