Le Vélo - Louna Laffont

Dernière mise à jour : 18 avr. 2018

Le Vélo

Un objet sans âme futile et naïf.

Quand je suis arrivée, il était là

Rouillé et souillé tel est son apparence

Son aisance, son allégeance

Ces chaines rouillées laissant apparaître un rouge sanglant,

Ses os se brisent sur l’asphalte

Sa peau se crève peu à peu

Quand il danse au milieu des gens

Cet objet de fer sublimé par ce mouvement circulaire,

Suspens le temps un instant.

Alors cette vielle chose endommagée

Grinçant dans le noir, sifflotant dans les rues

Humble véhicule face aux monstres d’acier

Lourd, fardeau d’une vie.

Un fragment d’émerveillement pour tout enfant

Rompant le silence, la douce mélodie du vent sifflotant dans mes oreilles

Il nous emporte dans un monde sans égal.

A cette terre qui coule et cette magie qui s’envole

L’observant de long en large,

Ne voyant rien d’autre que son humble visage,

Il est là prit en tenaille par les monstres de ferrailles.

A la première illusion, apparaît dans ma tête une image extraordinaire,

Il n’est pourtant qu’ordinaire face aux néants des astres tremblant.




15 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

la feuille

C’est une surface plane, toute lisse, d’un blanc virginal. Rectangulaire, et les bords sont parfaitement droits. Je saisis l’objet, il est léger, mais très bruyant. Un peu rigide, aussi. Il a du mal à

tic tac

Quel est donc ce bruit qui résonne ici bas ? Cette chose qui semble n’appeler que moi Son souffle régulier ne s’arrêtera pas Son beau mécanisme défie toutes les lois. Mes yeux contemplent cette œuvre