un repas de famille comme champ de bataille

Un repas de famille comme champ de bataille.

Les repas de famille sont plus ou moins les mêmes mais dans le cadre de cette expérience on s’intéressera à une situation en particulier.

Peut-être que vous allez vous y reconnaître ou alors que vous reconnaîtrez certains membres de votre famille. Certaines de nos habitudes peuvent vous être inconnues et vous étonner.

Ici la famille n’est pas uniquement composée de personnes liées par le sang mais aussi d’amis très proches, pour certains tellement que les plus jeunes les appelles « Tonton » ou « tata /tatie », nom plus affectueux qui veut dire oncle ou tante.

Tout commence par des salutations chaleureuses, des commentaires sur l’habit, la mine, les cheveux, maquillage et bijoux … Toutes différences pouvant être remarquée depuis la dernière rencontre.

Les femmes se font la bise entre elles, les femmes et les hommes aussi, les hommes échanges des fortes poignes affectueuse à l’exception des frères qui s’enlacent.

Tout commence par l’apéritif qui se situe dans le salon, une pièce aux canapés bas et confortables. Les boissons les plus commandées par les adultes sont : le whisky, le vin et le gin tonic, parfois même la bière.

Sur la table basse ils y’a différents bols remplis de chips, de mini saucisses, de cacahuètes et d’olives. Au départ la plupart des invités partagent le récit de leurs trajets "mouvementés" très souvent accompagnés de phrases qu’on entend au moins un million de fois dans une vie « Il y avait un monde fou sur la route », « de nos jours les gens ne savent plus conduire ». Il y’a toujours au moins un membre en retard, une chance pour eux : l’apéro dure 2 heures. Tout le monde les accueille en une même exclamation « ah les voilà » avec des grands sourires, pourtant chez certaines personnes on peut remarquer quelques tics qui trahissent leurs agacements.

Tout le monde se jette sur les petits fours mais toujours en gardant à l’esprit que le repas arrive et qu’ils ne doivent pas trop manger. L’apéritif est assez long. Suffisamment pour que tout le monde partage un bout de son quotidien, parfois un jeu que j’appelle « qui a la meilleure vie » commence. Il consiste à épater ou à susciter l’envie des autres avec par exemple une promotion ou l’achat d’une nouvelle voiture afin de convaincre les autres et soi-même qu’on vaut mieux qu’eux et qu’on est plus heureux. Les grandes nouvelles comme une naissance ou un mariage sont annoncés pendant le repas, même ces événements d’amour peuvent être un moyen de pression, une source de pression pour les cousines plus âgées et/ ou toujours célibataires.

Les plus jeunes mettent la table : une assiette ronde assez grande et une plus petite au-dessus, deux couverts; un couteau et une fourchette et parfois une cuillère, des serviettes, un verre à pied pour le vin et un autre pour l’eau.

Les invités se positionnent devant leurs places, parfois attitrées, certains sont plus longs, désireux de terminer leurs discussions. La maîtresse de maison ou le membre de la famille le plus âgé est la première personne à s’installer.

Tout d’abord le pain est posé à table accompagnés de l’eau dans une carafe (plus généralement en verre) et des bouteilles de vins. Les invités se passent la corbeille de pain et se servent avant de prendre connaissance du plat.

Le repas débute par du salé puis passe au sucré.

Le menu varie selon le marché et la saison mais il est très souvent composé d’une entrée : parfois légère comme une salade ou une soupe, puis du plat principal : de la viande ou du poisson accompagnés de légumes ou de pâtes puis le dessert : des fruits ou une pâtisserie et enfin du café accompagné de biscuit ou de chocolat.

Il y’a certains codes à respecter : si on sert de la viande on boit du vin rouge si c’est du poisson du gris ou du blanc. Le rosé est considéré comme un vin d’été, généralement consommé pendant le déjeuner.

Chaque ingrédient est servi avec un couvert diffèrent. Avant de manger la famille se souhaite mutuellement « bon appétit », et déplient leur serviette sur leurs genoux. On sert d’abord les enfants, les personnes âgées, les diabétiques puis les adultes. Le service est effectué soit par les maîtres de la maison, soit par leurs enfants s’ils sont suffisamment âgés (en moyenne à partir de 13-14ans) pour effectuer cette tâche.

Pendant le repas les principaux sujets de discussion sont : La cuisine, la politique, la société, le travail toujours accompagnés de quelques blagues et d’anecdotes pour alléger le sérieux des discussions.

Les membres deviennent des critiques culinaires et ne se privent pas de commenter le plat, de se renseigner, de le commenter le tout accompagné de « ah c’est marrant parce que moi je *préparation différente*.

Des débats sur la société et le régime actuel commence

Même là sans vraiment s’en rendre compte une compétition recommence qui a le palais le plus « sensible », le meilleur citoyen, un véritable érudit qui s’intéresse à tout et qui a un avis sur tout parce que voyez-vous lui il pense, il a de l’esprit la preuve il utilise des grands mots.

Au cas où vous vous posez la question l’attachement et l’amour est réellement présent dans cette famille mais étant peu soudée et se voyant rarement, la rencontre mène souvent à la lutte pour la reconnaissance.

Le temps des conversations change selon l’âge de la personne à laquelle on s’adresse :

Les enfants et les adolescents parlent au futur : ce qu’ils souhaitent faire plus tard, leurs métiers, leurs études, leurs rêves.

Les adultes au présent : Leur travail, leur vie de famille.

Les anciens au passé, ils partagent leurs expériences de la vie.

Après le dessert les enfants quittent la table pour aller jouer pendant que les plus grands poursuivent leurs discussions autour d’un café, parfois dans une autre pièce comme le salon ou la terrasse.

Le café permet de réveiller les invités, l’ambiance est plus détendue pour préparer les invités au départ.


- Ema Benhalima

22 vues0 commentaire