la douceur qui fascine et le plaisir qui tue

« -Le temps d’un instant, rien que ça. Un instant qui n’a pas pour habitude de s’annoncer, celui qui sert de refuge en cas de crise de conscience, vous voyez? C’est très simple, il faut savoir lire pour comprendre. Ne pas lire seulement des mots entrelacés, mais plutôt des émotions reliées par le biais d’une ficelle grammaticale, c’est bien clair ? Ce n’est ni leur mélodie ni le son qu’ils propagent, mais plutôt cette mélodie et ce son qui vous foudroient lorsqu’ils vous transpercent de plein fouet, un coup dans le cœur, « La douceur qui fascine et le plaisir qui tue ». L’interminable voyage de l’éphémère vers l’éternité, une parcelle d’humanité qui vous insuffle ce goût de passion et vient titiller votre intimité la plus profonde. Ce n’est pas un hasard si l’expérience vous choisit, vous subissez l’expression d’une beauté fulgurante à la manière d’une âme frémissant au souffle de la vie. »


-Kamélia Hakim

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout